514 942.8977
514 942.8977

Comment traiter l'humidité…

Vendredi, 17 mars 2017


 
 
 




Des problèmes d’humidité peuvent apparaître dans la maison, sous différentes formes, et avoir de multiples origines. Or l’humidité engendre des dégâts sur la bâtisse et peut affecter les résidents. Il est donc important de diagnostiquer et traiter le problème.
 
Les absorbeurs d’humidité
Il existe deux types d’absorbeurs d’humidité. Il y a l’absorbeur d’humidité chimique, qui se sert de cartouches chimiques pour gérer la condensation, et l’absorbeur d’humidité électrique, qui préfère opter pour un système de ventilation pour résoudre la même contrainte. Il est toutefois conseillé de choisir celui qui est électrique lorsque l’on a l’occasion, car il est compatible dans toutes les pièces de la maison (à moins d’avoir une humidité trop élevée), contrairement à celui qui est chimique.
 
Les origines de l’humidité
L’humidité excessive d’une maison peut avoir de multiples origines.
 
Les fuites qui viennent de l’extérieur
Ses fuites sont, la plupart du temps, causées par la pluie qui pénètre à partir du toit ou encore en ruisselant le long de la façade de la demeure.
 
Les fuites qui viennent de l’intérieur
Ces fuites proviennent des appareils électroménagers présents dans la maison dont les évacuations et les canalisations sont défectueuses.
 
La capillarité
L’eau utilise les matériaux de construction comme transporteur pour remonter. Dans ce cas, l’humidité se situe au rez-de-chaussée, à moins d’un mètre du sol.
 
La stagnation des vapeurs d’eau
Cette vapeur d’eau peut être produite dans les salles d’eau, dans la cuisine, ou encore lors du lavage du sol. Dans ce cas, la condensation de l’eau augmente la présence de l’humidité dans la pièce affectée.
 
La condensation
Les vapeurs se propagent dans les airs pour se transformer en eau une fois que la température baisse.
 
Toutefois, il est conseillé lors de la construction du bâtiment d’exposer les ouvertures à l’ouest ou au sud. Le soleil réduira considérablement les risques d’humidité de la bâtisse.
 
La pression hydrostatique
Ce phénomène désigne l’impact de l’eau sur les fondations de la maison qui peut être dû à des eaux de pluie stagnantes (les terrains argileux sont sensibles à ce problème) ou encore à une nappe phréatique superficielle.
 
Comment traiter l’humidité ?
Il est important d’identifier l’origine de l’humidité avant de la traiter. C’est l’étape de diagnostic anti-humidité qui peut être réalisé par un professionnel.
 
Par la suite il faudra vérifier l’étanchéité des éléments les plus sensibles aux déperditions énergétiques comme véranda, toiture et conduits de cheminées. Les fissures doivent être colmatées avec des produits spécifiques.
 
Si l’humidité est importante, il faudra installer une Ventilation Mécanique Contrôllée (VMC). Selon les cas on choisira ainsi une VMC simple ou double.
 
Pour les cas exceptionnels, on peut se résoudre à utiliser des extracteurs motorisés. L’utilisation de produits hydrofuges repousse l’humidité vers l’extérieur de la pièce, on peut s’en servir pour éviter également les cas de capillarité.
 
Pour prévenir la condensation excessive, une bonne isolation thermique et une aération minimale suffisent. Un double vitrage aux fenêtres est une des solutions efficaces à ce problème.
 
Les dégâts causés par l’humidité
L’humidité est particulièrement nocive à la santé des résidents. Pour les personnes sensibles, les risques de maladies O.R.L (Oto-Rhino-Laryngologie) ou respiratoires sont grands.
 
Ce méfait porte également atteinte au bâtiment, à commencer par les petits détails tels que la peinture, le décollement des papiers peints, les tâches sur les supports, les mauvaises odeurs ainsi que les moisissures. L’humidité dégrade considérablement l’état de la maison au fil du temps, si elle n’est pas traitée elle peut aboutir à de sérieux problèmes.
 
Un des problèmes les plus fréquents du à l’humidité est la condensation qui se traduit par la présence d’eau dans les fenêtres et murs. La buée sur les fenêtres le matin et la présence de champignons révèlent la condensation. L’origine des ennuis est un intérieur trop chauffé et humide en contact avec des murs extérieurs froids. Les solutions sont d’améliorer la ventilation de la maison comme indiqué préalablement et/ou d’installer un déshumidificateur d’air et/ou améliorer l’isolation thermique des murs extérieurs.
 
Autre problème courant, les remontées capillaires sont une remontée d’humidité dans les murs du logement. L’apparition de salpêtres (dépôt blanchâtre) et de champignons à la base des murs et le refroidissement des murs sont des signes annonciateurs de remontées capillaires. Pour lutter contre ce mal, l’intervention d’un professionnel est indispensable. Le problème nécessite un diagnostic précis et les traitements peuvent être dangereux.
 
L’infiltration d’eau va se diagnostiquer grâce aux fissures et auréoles sur les murs, à la présence de salpêtre, et la présence d’odeurs et moisissures. Comme pour les remontées capillaires, l’intervention d’un professionnel est indispensable, l’infiltration d’eau étant un problème grave.
 
L’intervention des experts
Les experts sont chargés de faire un diagnostic de la gravité de l’humidité présente. Équipés de matériel spécifique afin de faire un contrôle intégral de l’habitat, ils vous proposent par la suite un traitement anti-humidité adapté.
 
Les spécialistes agissent dans toute la maison, et sur tous types de champignons existants.
 
Conseils pour éviter les problèmes d’humidité
Il est important d’aérer quotidiennement la demeure pendant au moins cinq minutes. Cela réduira l’humidité et offre une meilleure qualité d’air à l’intérieur de la maison.
 
L’acquisition d’une Ventilation Mécanique Contrôlée est préférable pour lutter contre l’humidité. Il ne faut surtout pas négliger l’aération de chaque fenêtre pour favoriser le travail de la Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC).
 
En cas d’humidité déjà présente, il est indispensable d’intervenir au plus vite.
 
Comment prévenir l’humidité ?
Dès la construction de la maison, il est primordial de s’assurer de l’étanchéité du bâti pour éviter toute infiltration d’eau.
 
Mais il ne faut pas oublier l’importance de l’aération fréquente de l’habitation. Cinq minutes par jour suffisent à réduire l’humidité, mais cela apporte également une meilleure qualité d’air à l’intérieur du bâtiment. Il est préférable de réaliser des grilles d’aération dans chaque pièce et d’éviter de les obstruer.
 
Il existe également une façon plus moderne d’éviter l’humidité. L’utilisation d’une Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) est d’une grande efficacité dans les régions humides. Privilégiez la ventilation à simple flux pour les logements bien aérés ou petits. La ventilation à double flux est plus adaptée dans les maisons mal aérées, par exemple lorsqu’une nuisance extérieure empêche d’ouvrir les fenêtres.
 
Pensez malin avec le puits canadien! Ce dispositif écologique permet à la fois de ventiler et de se servir de l’inertie du sol pour tempérer ou réchauffer votre demeure selon la saison.
 
Bien choisir sa ventilation
La ventilation est un procédé qui sert à créer une circulation d’air dans un local fermé. Elle est en option pour créer un environnement agréable dans certaines situations, et est incontournable pour certains milieux où l’air est pollué. La ventilation peut également être considérée dans les systèmes de climatisation pour réguler la température de certains milieux.
 
Différentes ventilations existent pour couvrir différents besoins :
  • la ventilation à simple flux, qui utilise l’air extérieur pour ventiler les pièces humides ;
  • la ventilation à double flux, où l’air est filtré par un conduit, puis distribué par un ventilateur ;
  • la ventilation mécanique, qui utilise un moteur pour faire circuler l’air ;
  • le puits canadien, qui utilise l’air présent au sous-sol pour rafraichir, ou réchauffer les pièces.
 
Ces ventilations sont à choisir en fonction de l’habitat. Le puits canadien peut être utilisé en complément d’une autre ventilation.
 
Source : Batiactu Groupe - www.maisonapart.com - L’habitat sous tous les angles