514 942.8977
514 942.8977

Le marché immobilier au Québec | Troisième trimestre de 2016

Mercredi, 19 octobre 2016






FAITS SAILLANTS
  • Selon les actes de vente publiés au Registre foncier et compilé par JLR, les ventes ont augmenté́ dans tous les secteurs au 3e trimestre de 2016 par rapport à la même période en 2015 : unifamiliales (+10 %), copropriétés (+4 %) et 2 à 5 logements (+10 %).
  • Le prix médian a progressé́ dans tous les secteurs résidentiels : unifamiliales (+3 %), copropriétés (+5 %) et 2 à 5 logements (+5 %).
  • Les délaissements et les préavis d’exercice ont bondi au 3e trimestre avec des progressions respectives de 7 % et 20 % relativement à l’année dernière.
 
SURVOL DU MARCHÉ DE LA VENTE RÉSIDENTIELLE
Le rebond des ventes se poursuit. Il a même progressé en ce qui concerne les unifamiliales avec une hausse des ventes de 10 % au 3e trimestre de 2016 comparativement la même période en 2015 selon les transactions publiées au Registre foncier et colligées par JLR. Au total, 17 819 propriétés unifamiliales ont été transigées au cours de cette période.
 
Du côté́ des copropriétés, 6805 ventes ont été dénombrées au cours du 3e trimestre, soit 4 % de plus qu’à la même période l’année dernière. Ainsi, après une année 2015 particulièrement difficile en ce qui concerne les acquisitions de copropriétés, celles-ci progressent bien en 2016. Par contre, le nombre de ventes pour ce trimestre demeure sous ceux enregistrés en 2013 et 2014.
 
Les ventes ont également crû dans le secteur des 2 à 5 logements avec un bond important de 10 % pour atteindre 2 352.
 
En ce qui concerne les prix, des hausses ont été notées au 3e trimestre pour l’ensemble du Québec par rapport à la même période en 2015. Ainsi, le prix médian des résidences unifamiliales vendues a progressé de 3 % pour atteindre 233 800 $. En ce qui a trait aux copropriétés, le prix médian a augmenté de 5 % pour se fixer à 242 000 $. Dans le secteur des 2 à 5 logements, il a crû de 5 % pour s’établir à 320 000 $. Les hausses de prix plus enlevées qu’au trimestre dernier témoignent d’un léger resserrement du marché. Par contre, pour la copropriété́ et les 2 à 5 logements, les augmentations proviennent en grande partie du regain des ventes plus important dans l’agglomération de Montréal où le prix des propriétés est généralement plus élevé qu’ailleurs en province.

Source : JLR.CA