514 942.8977
514 942.8977

Les barrières de glace

Vendredi, 4 mars 2016




Les barrières de glace sont de grosses masses de glace qui s'accumulent en partie inférieure d'un toit ou dans les gouttières. Lorsque la neige fond (ou lorsqu'il pleut), l'eau coule sur le toit jusqu'à ces masses de glace et s'accumule parfois jusque sous les bardeaux, dans le comble (vide sous toit) ou dans la maison.

En général, les barrières de glace se formeront d’abord en présence d’une isolation inappropriée ou d’importantes fuites d’air. Pour trouver ces fuites, on peut observer en automne le toit à la première gelée importante, ou à la première chute de neige légère. Regardez à quel endroit fond la neige en premier et déterminez ce qui se trouve en dessous. Une observation fréquente dans ces conditions est une ligne horizontale de fonte qui traverse le toit d’une maison d’un étage et demi, à l’endroit où le mur nain touche au plafond. On peut également percevoir une zone de fonte au-dessus d’un conduit de ventilateur d’extraction courant dans le vide sous toit et donnant sur l’extérieur, ou au-dessus d’une trappe d’accès mal isolée.
 
La principale mesure corrective à employer pour les barrières de glace est de sceller toutes les fuites d’air dans le comble et d’isoler à fond. La même solution s’applique aux problèmes de condensation.
 
En conclusion
Les causes derrière les barrages de glaces sont nombreuses ; une importante masse d’air chaud vers le comble, ventilation inadéquate, configuration d’un toit, l’ensoleillement, manque d’isolant ou une mauvaise évacuation des ventilateurs mécaniques. Chaque cause et chaque combinaison de causes pouvant mener à la création d’un barrage de glace sont uniques et exigent une analyse de la situation. C’est pourquoi avant d’entreprendre des travaux dans le but de corriger des barrages de glace, ou toutes autres problématiques d’ailleurs, le propriétaire devrait s’informer auprès d’un entrepreneur consciencieux et prendre tous les moyens nécessaires afin de cibler les causes et apporter les bons correctifs.
 
Source : SCHL