514 942.8977
514 942.8977

Les plantes dépolluantes, vous connaissez ?

Vendredi, 8 juillet 2016




On ne le répètera jamais assez, l'air de notre maison est plus pollué que celui de l'extérieur. Vous avez beau être le roi du ménage, acariens et champignons ne cessent tout de même de proliférer. Et c'est là que les plantes dépolluantes nous sont très utiles !


Les plantes dépolluantes les plus connues
Les plantes dépolluantes les plus connues et les plus utilisées sont les suivantes. Petite revue d’effectif :
  • Le chlorophytum
  • Les dragonniers
  • La fleur de lune
  • L’aglaonema
  • L’anthurium
  • Le gerbera
 
Contre la pollution atmosphérique domestique, les plantes dépolluantes
En plus de décorer votre maison, il a été scientifiquement prouvé que les plantes vertes ont le pouvoir de « dépolluer » l’air ambiant, en absorbant certaines substances nocives ! Ce serait donc dommage de s’en priver…
 
Mais pas de panique ! Il ne s’agit en aucun cas de transformer votre maison ou appartement en jungle. Deux ou trois plantes dépolluantes suffiront à assainir l’air d’une pièce de 17 à 20 m². Ainsi, l’air de rien, les risques d’attraper un rhume sont réduits de 30 % !
 
Les plantes dépolluantes les plus assainissantes
 
Plante dépolluante : Le chlorophytum
Efficace contre le monoxyde de carbone échappé de la gazinière ou du chauffe-eau, le toluène et le benzène, cette plante dépolluante araignée est une des plantes vertes les plus fréquentes. L’idéal serait de placer cette plante assainissante gourmande en lumière vive, dans le salon ou la salle de bain tout en maintenant sa température à 18 degrés.
 
Plante dépolluante : les dragonniers
Absorbant le trichloréthylène, le xylène, le toluène et le monoxyde de carbone, hé oui rien que ça, cette plante dépolluante à feuillage décoratif qui nécessite peu d’eau et de lumière, lutte contre la plupart des composés organiques volatils, fumée de cigarette, peinture, l’encre, le chauffe-eau, les parfums d’ambiance, les matériaux de construction… A disposer dans les pièces où l’on fume et dans les chambres !
 
Plante dépolluante : La fleur de lune
Cette plante dépolluante au feuillage persistant et vert brillant, grâce à sa grande capacité à filtrer l’air, absorbe le trichloréthylène, le benzène, l’ammoniac, le xylène et le formaldéhyde qui émanent des peintures et des colles. Véritable épurateur d’air, la fleur de lune nécessite une lumière tamisée et beaucoup d’humidité. A placer partout dans la maison…
  • Toutefois, attention si vous possédez des animaux domestiques, car cette plante est toxique pour eux !
 
Plante dépolluante : L’aglaonema
Les aglaonémas sont une plante dépolluante dont la croissance est lente, filtrent les COV toxiques provenant de la peinture, des produits parfumés.
 
Outre son besoin en lumière relativement faible, cette plante dépolluante lutte contre le formaldéhyde et le benzène. Par ailleurs, cultivés pour leur superbe feuillage, les aglaonémas n’apprécient guère les grosses chaleurs et les courants d’air. Vous pouvez les placer dans le bureau, le salon ou encore la salle de bain.
 
Plante dépolluante : l’anthurium
Cette plante dépolluante tropicale, qui nécessite une lumière constante, est efficace contre les COV toxiques des produits d’entretien. Reconnu par la NASA comme l’une des meilleures plantes dépolluantes pour débarrasser votre intérieur de l’ammoniac, l’anthurium est très persistant et exigeant. Il ne donnera aucune fleur si il est trop arrosé en hiver, si il manque d’engrais ou si la luminosité est trop faible…
  • La sève et les jeunes feuilles étant dangereuses par leur toxicité, attention aux jeunes enfants et aux animaux.
 
Plante dépolluante : Le gerbera
Cette grosse marguerite aux couleurs chaudes est une plante dépolluante non toxique qui peut être conservée longtemps si on y prend soin. Par ailleurs, cette plante dépolluante absorbe presque tous les COV toxiques existants, huiles essentielles, les parfums d’ambiance et l’encens. Bien qu’elle nécessite beaucoup de lumière, vous pouvez la mettre partout dans la maison.
 
Source : consoGlobe