514 942.8977
514 942.8977

Réussir son potager urbain en cinq étapes

Samedi, 16 avril 2016


 
 
 


Réponse à la crise et à la malbouffe, ou simple loisir du week-end, entretenir son potager est devenu une pratique de plus en plus courante. Qu'ils aient un balcon, une terrasse voire une petite cour, les citadins peuvent prétendre à leur petit coin de verdure et déguster des tomates saines. Néanmoins, quelques conseils et astuces s'imposent pour réussir son potager urbain.

Choisir l’endroit
Où créer son potager en ville ? Ceux qui ont l’embarras du choix devront privilégier le balcon ou le rebord de fenêtre côté cour, plutôt que ceux donnant directement sur la rue, afin d’éviter l’exposition des cultures aux particules polluantes. Ceux qui ne disposent que d’un espace exposé à une voirie très fréquentée devront donc planter une haie assez haute afin de protéger son potager. Autre élément à prendre en compte : l’exposition et la durée d’ensoleillement. Certaines espèces comme les tomates ont besoin de 6 à 8 heures de soleil par jour, soit deux fois plus qu’une laitue ou des épinards. La menthe, elle, préfère plutôt les endroits ombragés.
 
Le matériel à réunir
Terreau (biologique si possible, ou terreau à légumes riche en matière nutritive) et contenant (jardinière, bacs, pots, etc.) forment la paire de départ. Le choix du second dépend des espèces à cultiver (certaines, comme les concombres ou les aubergines, ont besoin d’un volume de profondeur et d’une surface plus importants), de la superficie de son balcon ou sa terrasse, mais aussi des règles de copropriété de son immeuble, car la résistance d’une dalle peut varier d’une résidence ou d’un étage à l’autre. Il est donc fortement conseillé de vérifier si la structure est assez solide pour supporter la charge d’un potager. En plus des plants et semences, il faudra par la suite prévoir quelques outils de jardinage, comme une bêche, une petite fourche, un arrosoir, ou un transplantoir. Des soucoupes pour récupérer l’eau sous les pots sont également nécessaires.
 
 
Quelles plantes choisir ?
Le choix des végétaux à semer dans un potager de ville est dicté par la place disponible, la décoration du balcon, son orientation, ou, tout simplement, les goûts du jardinier amateur. Les plantes aromatiques, telles que la menthe poivrée, le thym, le persil ou la ciboulette, se prêtent très bien à la culture en pot, sont simples à cultiver, et offrent une croissance rapide. Tomates, tomates-cerises, poivrons, laitues, cornichons, radis, courgettes et concombres peuvent prendre la direction d’un bac de taille moyenne. Pommes de terre et carottes nécessitent des bacs de grande taille. Sur les grands balcons et les terrasses, il est également possible de cultiver de petits arbres fruitiers ; groseilliers, fraisiers et framboisiers.
 
Bon à savoir : dans les grands bacs, certains légumes poussent mieux lorsqu’ils sont associés à d’autres plantes. C’est une manière de les préserver des parasites et des insectes. Ainsi, la tomate se marie bien avec l’aneth ou le basilic, l’aubergine peut être accompagnée de thym ou de persil, et le cerfeuil est l’allié des carottes et des radis.
 
Le calendrier du potager
Le calendrier des semis est le même que pour un potager en pleine terre. Toutefois, pour des cultures urbaines en pots ou dans de petits bacs, il est possible de gagner quelques semaines en les sortant lors des premières journées de plein soleil au printemps, à condition de les rentrer à l’intérieur le soir pour éviter le gel. De manière générale, on sème les carottes entre mars et juillet (pour une récolte entre mai et juillet), les tomates quelques semaines avant la fin de l’hiver (pour une récolte de juillet à octobre), les concombres et cornichons en mars et avril (pour une récolte dès juin), la laitue vers la fin de l’été (pour des récoltes pratiquement tout au long de l’année, selon les variétés), et les épinards se cultivent en hiver.
 
L’entretien des légumes
Comme au jardin, la réussite de son petit potager gourmand au balcon passe par un bon entretien. L’arrosage est primordial. Par fortes chaleurs, il convient d’arroser tôt le matin ou tard le soir, pour éviter une évaporation précoce, et de mettre à l’abri les petits pots. L’arrosage s’effectue en milieu de journée au printemps et à l’automne. Il faut également débarrasser les cultures des tiges et des feuilles mortes, et lutter contre les nuisibles et les maladies. Destinées à la consommation, les plantes doivent être traitées avec des méthodes écologiques (pierres et paillis en surface, associations de plantes potagères, etc.). De plus, pour leur bon développement, certains légumes doivent conserver un espace minimum entre eux. C’est le cas des laitues, qui ont besoin d’un espacement de 20 cm entre elles.
 
Source : laprese.ca
PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE